Covid business / Fermeture des frontières terrestres : Le Ghana, champion dans l’art d’extorquer des fonds aux Togolais sur son territoire

Bientôt 2 ans que plusieurs pays de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) maintiennent officiellement leurs frontières terrestres fermées pour raison de Covid-19. C’est le cas à Aflao, une ligne frontière entre le Togo et le Ghana très connue pour son animation commerciale et très empruntée par non seulement des Togolais mais aussi des Ghanéens qui font des navettes entre les deux grandes villes voisines (environs 176 km entre Lomé et Accra, soit 3 heures de voiture à peu près). Des béninois, nigérians et autres ressortissants de la CEDEAO sollicitent très régulièrement cette frontière. Et, depuis la fermeture officielle, les frontières africaines étant aussi poreuses qu’une passoire trouée, plusieurs zones de traversées illégales ont été mises en place côté Ghana comme au Togo et facilitent la traversée aux citoyens contre des espèces sonnantes et trébuchantes. Depuis quelques semaines, les agents des services de migration ont décidé de jouer un vilain jeu de filets, ouvrant bien les portes pour capturer beaucoup d’usagers des frontières illégales pour ensuite leur extorquer de l’argent puis les ramener manu militari à Lomé, sous forte escorte.

 

Les scènes de rapatriement des usagers ressemblent tellement à un jeu de règlement de comptes dont on ne maîtrise pas les vraies origines. Qui pour visiter un parent dans la détresse, pour s’inscrire dans une université, se rendre dans un hôpital de référence à coûts abordables, répondre à un rendez-vous visa dans une représentation diplomatique, chercher un emploi ou régler une petite affaire commerciale etc. il faut reconnaître que le Ghana s’est imposé en Afrique de l’Ouest sans le dire, et la capitale Accra reste aujourd’hui une métropole qui regorge de grandes ouvertures dont ne peuvent se passer les Togolais, Béninois, et même des Nigérians dans la CEDEAO. Les services d’immigrations des deux pays jouaient le jeu des traversées clandestines en érigeant des points de traversées clandestines (le plus connu s’appelle BIT nine situé dans les encablures d’Aflao, un point très sollicité pour le passage clandestin des marchandises et produits douteux même en période d’ouverture des frontières). A la traversée, les usagers payaient 500f cfa des deux côtés pour une traversée presque sécurisée sous le regard complice des forces de l’ordre des deux pays assis tout près qui observent les gangs de jeunes locaux gérer la traversée.

Surenchère et mauvaise foi de la ‘’Ghana Immigration Service’’ (GIS)

Depuis la fermeture des frontières pour cause de Covid-19, les traversées clandestines sont plus chères (entre 2.000 et 5.000F CFA) de chaque côté par usager. En clair, un usager peut payer entre 4.000 et 10.000 F cfa pour chaque traversée de frontière entre le Togo et le Ghana. Les mêmes instigateurs pour mieux effrayer les usagers et renchérir les prix, ont fermé BIT nine (pour faire croire que les autorités publiques des deux pays sévissent), et ouvert plusieurs autres zones de traversées toujours avec la présence des forces de sécurité des deux pays à ces points notamment celui-là appelé il y a quelques jours, le BIT thirteen. Au-delà de tous les risques et des dépenses infligées aux usagers, les agents ghanéens de migration du Ghana ont mis en place une autre stratégie d’extorsion des fonds.

A la limite de la xénophobie

Plus de 3 checkpoints ont été établis entre Aflao et Accra au Ghana et tous les véhicules de transport des passagers y compris STC (la puissante compagnie de transport public du Ghana) sont fouillés de fonds en comble à la recherche d’étrangers. Des agents des services de migration s’introduisent dans le bus et demandent à tous ceux qui ne leur semblent pas être ghanéens de présenter une pièce d’identité. Ceux qui sont étrangers sont alors priés de descendre du véhicule. A chaque rafle d’une trentaine de personnes de jour comme de nuit, une pick-up des GIS (Ghana Immigration Service) vient les transporter, entassés comme des criminels au poste à Aflao. Là, on leur fait comprendre qu’ils ont traversé les frontières illégalement (ce qui n’est pas vrai car il y a d’autres citoyens étrangers qui vivent au Ghana et font un déplacement interne sans forcément un permis de séjour puisque les protocoles de la CEDEAO les y autorise du moins pour 3 mois). Parfois, des citoyens ghanéens sont victimes de cette cabale à la limite xénophobe de leurs propres autorités. Après des discours de menace et de moralisation, les Togolais qui sont souvent les plus nombreux du lot de ceux qui traversent « illégalement », sont sommés de payer une pénalité de 12 000F CFA, les Béninois 15 000F CFA et des extorsions spéciales contre les Nigérians.

Pourquoi ne pas arrêter le mal à la source ?

En réalité, les points de traversées illégales sont escortés par les mêmes agents ghanéens des GIS qui encaissent entre 2000 et 5000 F CFA pour chaque personne qui traverse. Au lieu d’empêcher la traversée à ce point, ils laissent les usagers arriver sur le territoire ghanéen, prendre un bus pour lequel ils paient, avant d’être arrêtés et rackettés puis ramenés au Togo toujours par des frontières illégales.

Covid-19, bouc émissaire d’une absurde discrimination étatique

Selon Oxfam et plusieurs organismes internationaux de lutte contre la pauvreté, la crise de Covid-19 est venue renforcer les inégalités sociales. Les riches sont plus choyés et enrichis pendant que les classes citoyennes populaires sont piétinées, humiliées et affamées. Dans la CEDEAO, cette situation est très ressentie. Les chefs d’Etats qui se sont réunis à Accra il y a quelques jours, montrent de plus en plus d’intérêts pour les lobbies politiques que la mise en place de stratégies pour aider les masses populaires décidément reléguées au rang de bétail électoral.

Ainsi, les frontières terrestres, vrais canaux de flux commerciaux et d’activités économiques importantes sont restés fermés depuis 2 ans. Présenter un test Covid-19 négatif suffit à parcourir la CEDEAO entière par avion, alors que la même chose ne suffit pas pour traverser la frontière même si c’est à pied. Le billet le moins cher Lomé-Accra coûte environ 260 000 F CFA pour un aller simple, contre 5 000F CFA par bus sur la même distance. Pourquoi celui qui voyage par avion ne doit présenter qu’un test Covid négatif, et celui qui emprunte la voie terrestre lui, est sommé de détenir un laissez-passer ? C’est une discrimination qui a la vilaine conséquence de bloquer les flux d’échanges entre les deux pays, confiner les citoyens sous le vocable de Covid-19 et renforcer la cherté de la vie.

Si les commerçants de la zone avaient la possibilité de varier les offres des produits qu’ils pouvaient importer des différents circuits, nous n’en serions pas à ce stade. Aujourd’hui tout est bloqué par les politiques de frontières. En conséquence, tout est devenu cher, parfois, avec des augmentations de 100% sur les produits de première nécessité. C’est loin d’inquiéter les gouvernants et les cadres de l’administration qui prennent et maintiennent ces décisions controversées. Eux, ont droit à des primes vie chère sur les salaires, pendant que les masses citoyennes n’ont même pas d’emplois.

Plusieurs manifestations ont été organisées côté Ghana pour appeler à l’ouverture des frontières fermées depuis mars 2020. Le 27 août 2021, une autre manifestation avait eu lieu à Ketu au Ghana où les populations appelaient à l’ouverture de la frontière d’Aflao. “ Nous devons tous comprendre que le covid est venu pour rester, et nous ne pouvons pas continuer à le gérer comme s’il s’agissait d’un visiteur qui est venu et qui repartira demain”, avait interpellé l’un des organisateurs de la marche.

Pour traverser la frontière terrestre, il faut un laissez-passer côté Togo avec lequel on pourra solliciter un laissez-passer côté Ghana. Une pile de documents sont requis avec des demandes et justificatifs pour passer, bref un parcours de combattant. Pourquoi ne pas simplement exiger un test Covid négatif comme on le fait pour les voyageurs aériens ?

Les autorités traitent le problème pour réparer la pandémie afin que les choses puissent revenir à la normale”, avait déclaré devant la presse ghanéenne, l’ambassadeur du Togo au Ghana, Colonel Awoki Panassa.

C’est à croire visiblement que la fermeture des frontières terrestres nourrit d’autres ambitions inavouées, depuis près de deux ans. Dans l’espace de la CEDEAO, cette pratique est érigée en règle de gouvernance, devenue un outil de rivalité entre les chefs d’Etats. Aujourd’hui, tout porte à croire que la question de Covid-19 est érigé en un fonds de commerce sur nos frontières, surtout dans l’intérêt des agents d’immigration et de douanes qui rackettent les populations, victimes de leurs gouvernants.

Il y en a quand même dans cette CEDEAO certains qui se soucient du bien-être de leurs citoyens, pendant que d’autres les négligent et les laissent se faire torturer sur d’autres territoires comme de vulgaires criminels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =