Le projet PASH-MUT : Une avancée majeure vers l’amélioration de l’eau et de l’assainissement dans le Grand Lomé

Dans la capitale togolaise et ses environs, plusieurs facteurs rendent difficiles la maîtrise de la gestion de l’assainissement urbain et l’accès à l’eau potable alors qu’un environnement de vie sain dépend nécessairement d’un assainissement adéquat.

 

L’assainissement constitue l’une des préoccupations majeures du gouvernement togolais. La mise en œuvre des importantes réformes le concernant nécessite cependant en dehors de la volonté et l’implication de l’État, beaucoup d’investissement.

Ainsi, le Projet d’amélioration de la sécurité hydrique en milieu urbain au Togo, (PASH-MUT), dont l’accord de financement a été signé récemment à Washington entre la directrice des opérations de la Banque mondiale, Coralie Gevers et le ministre togolais de l’économie et des finances, Sani Yaya en faveur du Togo vient s’ajouter à d’autres initiatives visant l’amélioration de l’eau et de l’assainissement dans le Grand Lomé.

 

Le présent projet est envisagé pour améliorer le service d’eau potable du Grand Lomé ; la connaissance du potentiel des aquifères du bassin sédimentaire côtier et surtout la salubrité publique.

Globalement, le PASH-MUT va améliorer la desserte et la qualité du service d’eau potable et d’assainissement dans le Grand Lomé, Djagblé et Goumoukopé ainsi que les performances opérationnelle et financière du sous-secteur de l’hydraulique urbaine. Il contribuera donc à l’atteinte des objectifs de la feuille de route du gouvernement qui vise un taux de desserte en eau potable du Grand Lomé de 80% à l’horizon 2025.

Avec un prêt de 100 millions de dollars (environ 60 milliards de FCFA) à travers sa filiale l’Association internationale de développement (IDA), la Banque mondiale financera toutes les composantes du PASH-MUT.

La composante dénommée AEP permettra de : réduire les eaux non facturées de la TdE de 36% en 2020 à 20% en 2025 engendrant un gain de 10 800 m3/jour permettant de desservir 135 200 personnes supplémentaires ; réaliser et équiper 17 forages à gros débit pour produire un volume d’eau supplémentaire de 12 600 m3/jour et alimenter environ 157 500 personnes supplémentaires de la zone du Projet ; poser 4 694 ml de réseaux d’adduction et 178 000 ml de réseaux de distribution ; construire des ouvrages de stockage d’une capacité totale de 4 300 m3.

S’agissant de la composante Assainissement, il est prévu la construction d’une station de traitement des boues de vidange d’une capacité de 1 500 m3/jour couvrant 1,5 million d’habitants du Grand Lomé.

Pour la composante 3, Ressource en Eau, il sera réalisé 26 nouvelles stations piézométriques ; construction de 20 nouvelles stations hydrologiques et en réhabiliter 25 ; et l’amélioration de la connaissance sur les capacités des aquifères profonds.

De de qui précède, le projet PASH-MUT marquera certainement un tournant dans le secteur de l’eau urbaine au Togo car le gouvernement souhaite également combler les lacunes en matière de gestion des ressources en eau dans le Grand Lomé, surtout souterraine en plus de renforcer la capacité décisionnelle.

Le présent projet démontre l’engagement du gouvernement togolais à poursuivre l’amélioration de la qualité de vie des populations en assurant un accès fiable à l’eau potable et à des services d’assainissement et le renforcement des efforts visant à protéger la qualité des ressources en eaux souterraines contre les contaminations d’origine humaine ou liées aux inondations dans cette zone.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 ⁄ 1 =